NOTRE BUT:   "LA SANTÉ POUR TOUS" !

Le transport des malades dans plusieurs structures sanitaires pose problème au Sud Kivu.  Dans la majorité des cas, des villages d’habitation sont situés à de longue distance des installations sanitaires, une situation qui a beaucoup de conséquences surtout pour des femmes enceintes et d’autres malades. Parfois, ces derniers décèdent même en cours de route ou voient leur situation sanitaire se détériore davantage à cause d’un long moment mis pour  arriver à poste de santé. Pour pallier cette situation, MMS vient de donner à la zone de santé d’Idjwi une ambulance, appelée : «  Ambulance de Brousse ». 

Certains villages se trouvent assez loin d’un Centre de santé, et de la même manière certains Centres de santé sont eux aussi éloignés de l’Hôpital Général de Référence,  il est alors  difficile pour des patients, et plus particulièrement des femmes enceintes d’arriver à temps aux structures de soin.

Cette inaccessibilité a des conséquences néfastes pour la santé des femmes et des enfants, comme des accouchements en cours de route ou des accouchements improvisés à domicile (et donc sans assistance médicale) pouvant mener aux décès de la mère et/ou de l’enfant.

MDM (Médecins du Monde) a appuyé la communauté d’Idjwi à mettre en place cette initiative innovatrice en faisant, en mars 2020, la donation de deux motos à la zone de Santé.

Fonctionnent de l’ambulance de brousse et coût de transport

Les deux motos sont positionnées au Bureau Central de la Zone de Santé (BCZ) et la civière se trouve à l’hôpital général de Monvu. En cas d’urgence médicale, le superviseur de la santé maternelle et infantile ainsi que le chauffeur du BCZsont, selon le cas, appelés par les membres de la communauté ou par les infirmiers titulaires des centres de santé.

 Le chauffeur de l’ambu-brousse va alors chercher le malade pour l’amener à une structure sanitaire.

Le cout d’un trajet avec l’ambulance de brousse coute entre 1$ et 5$ maximum selon le trajet (c’est généralement entre 2000 francs et 5000 francs). A la fin Août 2020, 14 femmes d’Idjwi nécessitant des soins médicaux d’urgence ont déjà pu bénéficier de cette ambulance de brousse.

Gestion de l’ambulance  brousse

Les ambu-brousses sont gérées par le Bureau Central de la Zone de Santé, qui en assure la maintenance. Cette gestion est suivie par sept  associations des femmes d’Idjwi à la base de l’initiative.

Les sept associations de femmes d’Idjwi supervisent la bonne utilisation et le bon fonctionnement des ambu-brousses et sensibilisent la population d’Idjwi sur l’importance de l’accouchement médicalisé ainsi que les mamans sur l’utilisation de l’ambu-brousse.

Ces sept associations des femmes verseront 1% de leur production au BCZ afin de réduire sensiblement le coût d’utilisation de l’ambu brousse et la rendre accessible à toutes les femmes qui en ont besoin. Une partie de cette somme sera aussi utilisée pour le paiement d’abonnement des personnes indigentes à la mutuelle de santé d’Idjwi.

L’initiative de créer ces ambu-brousses vient des femmes de la communauté d’Idjwi constituée en sept associations : Banyama Muzuke, AGSAM,  Haguma Nabanyama, UFIN, Berhu, SFDI et Banyama na amajambere, appuyées par  l’ONG Mothers and Midwives Support (MMS) en collaboration avec le Bureau Central de la Zone de santé d’Idjwi, les autorités locales et le chef coutumier.A

Ce modèle d’ambulance de brousse est composée d’une civière fixée sur une remorque tractée par une moto ou un vélo, permettra aux femmes enceintes d’accoucher dans de bonnes conditions et de donner les meilleurs soins possibles aux nouveau-nés.

L'ambubrousse a été fabriquée par des ouvriers locaux ; à partir de matériel de récupération.