Notre vision

Notre vision

Notre vision

MMS  est solidaire des femmes en Afrique qui meurent encore trop souvent en mettant au monde leur enfant. En effet, le problème reste préoccupant : 830 femmes meurent chaque jour dans le monde des conséquences de leur grossesse ou de leur accouchement (UNDP*). Il s'agit souvent de complications qui peuvent être évitées par un encadrement médical professionnel. MMS y travaille tous les jours avec son partenaire au Kivu , sur l'île d'Idjwi!

* Aujourd’hui, on compte chaque année plus de 300 000 décès de femmes pendant la grossesse ou l’accouchement, 2,6 millions d’enfants mort-nés et 2,7 millions de nouveau-nés mourant pendant les 28 premiers jours de la vie. Améliorer les soins permet d’éviter nombre de ces décès.

A cause des difficultés d'accès aux services de santé et de la distance, beaucoup de mères finissent par accoucher seules à la maison sans être au courant des complications qui peuvent survenir. En Afrique, ce sont les conditions de vie et le manque d’information qui engendrent les défis en matière de santé les plus considérables. De nombreuses mères ne connaissent pas les symptômes des maladies et une fois qu’elles s’en rendent compte il est souvent trop tard.

Le manque de sages-femmes qualifiées est le principal défi à relever

In July 2013 in Côte d’Ivoire, a health volunteer uses a foetal stethoscope during an antenatal examination of Maimounata Zompouga, who is eight months pregnant, at the health centre in the town of Blahou.

Mobilisons nous

Actuellement, seulement 2% de l’aide au développement est consacrée à la santé maternelle.

Ne l’oublions pas, les sages-femmes sauvent des vies ! 1 sage-femme formée = 500 mamans et bébés aidés chaque année. De plus, une sage-femme peut dispenser 87% des soins essentiels dont ont besoin les femmes et les nouveaux nés, si elle est formée et réglementée selon les normes internationales.

Le rôle des sages-femmes

Les sages-femmes sont présentes au cours de 5 étapes clés du suivi des mères. Elles assurent le suivi physique, psychologique et social de la maman et prodiguent divers conseils pour accompagner les familles dans ce moment de leur vie.

Leur rôle débute dès le moment où la famille envisage une grossesse. Elles réalisent des consultations afin d’aider à la mise en place d’une grossesse dans de bonnes conditions de santé, au cours desquelles, sont réalisés des bilans d’immunité et nutritionnel. Elles peuvent dépister le paludisme ou le VIH qui sont des maladies infectieuses extrêmement répandues en Afrique. Lors de la grossesse, les sages-femmes diagnostiquent et en assurent le suivi médical dans le cadre des consultations prénatales (réalisation de prises de sang et monitoring, prescription de médicaments et d’échographie, etc.).

Pendant la naissance, la sage-femme assure la surveillance médicale du travail et réalise l’accouchement naturel en toute autonomie ou assiste le gynécologue. À la maternité ou lors du retour à la maison, la sage- femme effectue les soins des nouveau-nés (ex : vaccins) et des mères. Durant la première année de l’enfant, la sage-femme continue à suivre la famille lors des consultations post-natales. Elle renseigne sur la contraception ou encore sur l’éducation sexuelle et reproductive auprès des jeunes, sensibilisent les communautés à la planification familiale, préviennent de la transmission du VIH de la mère à l’enfant, sensibilisent aux droits des femmes à disposer de leurs corps.

"Investir dans les soins infirmiers et obstétricaux, c’est investir dans la santé pour tous"